Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités

Actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Des veaux à l’herbe dès l’âge de 3 semaines

Des techniques d'élevage innovantes, vues en Angleterre lors d'une formation.

En avril dernier, les Chambres d’agriculture de Normandie ont proposé aux agriculteurs 3 jours de formation en Angleterre à la découverte de techniques d’élevage innovantes.

Ce qui surprend lorsque l’on arrive sur la première ferme, c'est que les veaux ne sont pas logés à proximité directe des vaches, ni de la salle de traite. Ils se trouvent sur un autre corps de ferme, dans un bâtiment pendant leurs 3 premières semaines.
Puis ensuite dans un autre, très aéré mais aussi très paillé et avec un accès au pâturage. Le lait est distribué à l’aide d’un milk-bar tiré par un quad apportant quotidiennement le lait aux veaux. Le lait n’est plus réchauffé au bout d’une quinzaine de jours et n’est plus distribué qu’une fois par jour. Le milk-bar n’est pas lavé entre les distributions pour ne pas modifier ou perturber la flore bactérienne lactique installée.

Sur une autre ferme, M. Richmond fait vêler ses vaches en plein air sur un paillot accumulé sur une ancienne piste d’aviation datant de la seconde guerre mondiale.
Une fois nés, les veaux sont logés en bâtiment puis sortis dehors à 3 semaines avec pour abri des grosses balles carrée disposées en long pour les protéger des intempéries (pluviométrie de 850 mm/an).

Trois des quatre fermes visitée ont des périodes de vêlage très groupées avec tarissement de toutes les vaches et arrêt de la traite en janvier et février. Une seule ferme visitée a deux périodes de vêlage (deux tiers des vaches vêlent au printemps et un tiers à l’automne).

De même, les veaux ne sont pas situés près du logement des vaches.

La salle de traite est construite au milieu des pâtures et les veaux se trouvent à quelques dizaines de mètres de la salle de traite. Les bâtiments des veaux sont très sommaires, très aérés et très paillées. La simplicité et l’économie sont les maîtres mots de ces exploitations.

Dans la dernière ferme visitée, M. Boley a mis en place un pipeline entre son tank et le bâtiment des veaux. Là encore, ingéniosité, économie et simplification sont de rigueur. Le lait est collecté dans un ancien tank ouvert et une pompe vide cave transfère le lait dans des bidons récupérés auxquels sont fixé des tétines munies d’un tuyau qui descend au fond du bac. Ces fermes sélectionnent les animaux sur leur rusticité, leur capacité à produire des taux importants et leur petite taille mieux adaptée au pâturage sans concentrés.

Et vous, qu’attendez-vous pour mettre vos veaux dehors ?