Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Des repousses de qualité pour le début d’été

Des repousses de qualité pour le début d’été

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Semaine 24 - La croissance de l’herbe garde, tout comme la semaine précédente, un très bon niveau régional de pousse, à plus de 70 kg de MS/ha/jour.

Pour cela, nous pouvons remercier la pluie du moment et des prochains jours, ainsi que les températures agréables du matin.

Gérer des prairies épiées

Toutes les graminées sont largement épiées. Ces épis ne seront que rarement consommés lors du pâturage, à moins de bien adapter la surface au nombre d’animaux pâturant pour les contraindre à les consommer. Notons que la valeur alimentaire des épis et des plantes à ce stade épié est bien inférieure à la qualité au stade feuillu. Il faudra en tenir compte dans les rations si un apport à l’auge est maintenu et si vous souhaitez conserver le GMQ ou le niveau de lait au tank.

Prairie permanente

Energie UFL g/kgMS

Protéine PDIN g/kgMS

Pâturage 10/05

0,97114

Epiaison 10/06

0,7972

 

Pour les parcelles sur lesquelles les animaux viennent de passer, faucher ou broyer maintenant les refus semble indispensable. Car l’important est d’obtenir des repousses homogènes, feuillues, appétentes, à consommer d’ici 3 à 5 semaines, le temps que les plantes reconstituent leurs réserves, nous permettant d’affronter le début d’été.
 

Prévoyez dès maintenant les semences pour implanter des dérobées fourragères à pâturer, afin d’allonger la saison de pâturage. Tout est possible, les mélanges permettant d’atténuer les contraintes de certaines espèces (moutarde et avortement, trèfle de perse et météorisation, colza fourrager et diarrhée…)

Témoignage

Hubert DELAPLANCHE - Corbon (14)

Polyculteur Naisseur - 60 vaches limousines sur 40 ha d’herbe
Le pâturage a débuté tardivement cette année. La mise à l’herbe n’a été possible dans les marais que début mai, en raison de la portance des terres insuffisante et d’une pousse de l’herbe qui a eu du mal à démarrer. Un lot de 17 vaches suitées de veaux d’automne a été amené sur l’îlot de 18 ha à Corbon le 3 mai. Rapidement les animaux ont été dépassés par la pousse exponentielle de l’herbe. Avec 10 ha en plus pour le pâturage de printemps cette année, la problématique est plutôt de ne pas gâcher d’herbe. Au 15 mai, 5,5 ha ont été fauchés en enrubannage dans les zones où l’herbe était la plus avancée. Actuellement, 6,5 ha ont déjà été sortis du circuit de pâturage pour faire du foin dès que les conditions climatiques le permettront. Les stocks pour l’hiver sont ainsi pratiquement assurés, avec même une petite sécurité ! Les veaux seront sevrés la semaine prochaine et pesés. Mais la confiance est là : sans complémentation au champ, les broutards ont maintenu leur croissance, c’est certain !

Emilie VALLET - Chambres d’agriculture de Normandie