Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Avril froid et mouillé remplit le grenier, et rassasie le bétail

Avril froid et mouillé remplit le grenier, et rassasie le bétail

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Semaine 14 - Ce printemps s’annonce précoce, et propice à un 1er tour de pâturage de qualité. Le retour de la pluie, et du froid va sans doute ralentir la pousse d’herbe pour ce début avril.

Ceci nécessite donc de faire un 1er bilan du stock d’herbe disponible pour prendre les bonnes décisions.

Une croissance qui progresse

Après les 35 kg de la semaine précédente, la pousse moyenne régionale a atteint les 43 kg de MS/ha/jour pour cette fin mars. Avec un tel niveau de croissance, il est nécessaire de disposer de 40 ares par vache pour couvrir l’ingestion de 17 kg de MS d’herbe pâturée en plat unique.

Maintenir la pression, tout en laissant le temps au temps

Dans le cadre de ce 1er tour de pâturage, il est impératif de maintenir un objectif de hauteur sortie des parcelles pâturées à moins de 4 cm herbomètre ou hauteur d’herbe entre semelle et talon de la botte. Cette stratégie a également pour but de couper dès cette période de l’année les 1ers épis de vulpins relevés dans de nombreuses prairies permanentes.
Si le second tour de pâturage démarre, il est important de rentrer dans des parcelles avec une hauteur idéale d’herbe au niveau de la  cheville de la botte. Si ce n’est pas le cas, maintenez la distribution de fourrages afin de permettre à vos prairies d’accroitre leur surface foliaire pour plus de photosynthèse, et donc pour plus de croissance. 

Faire un bilan au terme du 1er tour de pâturage

Dans les systèmes avec plus de 50 ares d’herbe par vache, le 1er tour de pâturage est souvent bouclé ou proche. Afin d’organiser au mieux le second tour de pâturage, un tour de parcelle s’impose afin d’apprécier le stock d’herbe disponible. En élevage laitier, l’objectif pour ce début d’avril serait de disposer de 10 à 15 jours d’avance d’herbe.
Au-delà de ces 15 jours, comme cela est relevé sur certains sites de l’observatoire, ne pas hésiter, tout d’abord à réduire les fourrages distribués, et ensuite à débrayer les parcelles les plus hautes pour une fauche précoce avec vos RGI . Cette option permettra ainsi un retour rapide de ces parcelles fauchées du bloc de pâturage pour début mai.

En élevage allaitant, poursuivre la mise à l’herbe

A la différence de l’élevage laitier, en élevage allaitant il est important de disposer d’au moins 15 jours d’avance d’herbe pour mettre à l’herbe les différents lots d’animaux.

Année précoce, fauche précoce surtout pour les RGI

Avec les conditions ensoleillées de février et des températures moyennes journalières plutôt élevées pour la saison, les apports d’azote ont été parfaitement valorisés par les RGI. Des fauches précoces sont à envisager sur ces dérobées pour une récolte d’un fourrage de qualité, et une implantation précoce de maïs.

Témoignage

Anthony GILMAS, La Ferrière-Bochard (61)

Les vaches d’Anthony GILMAS débutent leur second tour de pâturage.
 
La mise à l’herbe de mes vaches a été réalisée dès le 18 février, soit plus de 3 semaines plus tôt qu’en 2018. Avec plus de 60 ares à disposition par vache, j’ai souhaité démarré vite afin de finir mon 1er tour de pâturage au plus tard début avril. L’objectif est atteint car le troupeau démarre depuis vendredi dernier le second tour de pâturage, et il passe la nuit dehors depuis le 22 mars.

Je reste assez optimiste pour ce printemps 2019, car vendredi je disposais de plus de 15 jours d’avance d’herbe par vache si je devais passer en 100 % pâture. Actuellement je distribue encore 8 kg de MS d’ensilage et de foin. Mais le retrait d’une partie des génisses d’élevage sur le bloc de pâturage des vaches, et une pousse d’herbe qui va s’accroître va me permettre de réduire très vite cette distribution de stocks.

Autre satisfaction pour ce printemps, ma conversion AB se finit, et dès le 1er mai mon lait va être payé 100 % en BIO.


Thierry JEULIN, Chambre d’agriculture de Normandie