Vous êtes ici : Accueil > Gestion de l'exploitation > Agriculture biologique > Programme Reine Mathilde > Associations d’espèces en nombre

Associations d’espèces en nombre

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Des parcelles AB et propres

La parcelle de démonstration prouve que la salissement peut être bien maîtrisé en cultures bio sans désherbage mécanique. C’est le résultat de la rotation avec la luzerne détruite il y a 2 ans et du semis tardif à la mi-novembre. On relève peu de maladies avec le choix d’espèces et variétés résistantes, accessibles à tous.

Associer des espèces prairiales pour la pâture

Sans aucun doute, légumineuses et graminées associées sont les garantes de la productivité des prairies. La richesse du sol en azote de la parcelle proche des bâtiments a atténué la diversité des légumineuses testées dans les 11 mélanges prairiaux. Chicorée, plantain, festulolium, fétuque des prés, dactyle font partie des espèces innovantes encore visibles.

Associer des espèces prairiales pour l’affourragement et le séchage

Parmi les 7 mélanges à destination de l’affouragement ou du séchage en grange, des « mélanges printaniers » avec du Ray Grass Hybride et trèfle violet cohabitent avec des « mélanges 4 saisons » combinant Fléole et Luzerne, et même un mélange 100% légumineuses luzerne + trèfle violet… La luzerne est très peu visible lors de la porte ouverte.

Associer des protéagineux pour l’ensilage

Par comparaison aux associations céréales et protéagineux ensilées, ces nouvelles associations uniquement de protéagineux, comme féverole + pois protéagineux (à gauche) et féverole + pois fourrager (à droite) génèrent un fourrage riche en protéines (jusque 18% de Matières Azotées Totales, contre 12% pour la formule avec céréales)

Associer des céréales et des protéagineux pour les grains

Deux associations originales. Seigle + féverole (à gauche) : 2 mètres de hauteur pour ce seigle laissent entrevoir une production de paille abondante, outre un concentré fermier bien doté en protéines. Triticale + vesce (à droite) : la graine de vesce est adaptée pour les ruminants et dose 30% de protéines, comme la féverole et bien au-dessus du pois.
Ces associations sont un levier sécurisant pour cultiver des protéagineux en AB dont les rendements en culture pure sont aléatoires. La combinaison des espèces répondra à l’objectif recherché : récolte d’un concentré riche en protéines, concentré peu fermentescible dans la panse, facilité de tri des graines, volume de paille.

Semer une prairie sous couvert

 

A gauche, la jeune prairie sans couvert est submergée d’adventices annuelles. A droite, sous couvert d’orge, cela pourrait être aussi un couvert féverole pois, les plantules de prairie sont au propre et s’exprimeront dès le retrait de la culture hôte.

 

Associer lupin de printemps et blé

Produire du lupin, c’est récolter la graine normande la plus concentrée en protéine. L’enjeu de l’association est de tamponner la variabilité du rendement grain du lupin et d’assurer une récolte minimale ne serait-ce qu’à base de blé. C’est aussi de limiter le salissement de la culture de lupin en occupant l’espace avec le blé. Le semis de printemps est réussi, la vie en commun des 2 espèces est compatible !

Offre de services

Conversion à l'agriculture biologique

Notre solution pour clarifier votre projet sous les angles techniques et économiques et le sécuriser.
Un accompagnement à la carte, selon vos besoins.

En savoir +

Publications

Contact

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?

Caroline TOSTAIN

Conseillère en agriculture biologique

Tél : 02 33 06 46 72